dadalenin - index

tensta kunsthall stockholm - part I, Spring 2008

tensta kunsthall stockholm - part II, Fall 2008

about this work Lenin- a founding member of DADA

DADALENIN drawings

DADALENIN my dadaists


MAK SHOW vienna 2009/2010


DADALENIN VIDEOS - various videos with Lenin

DADALENIN sculptures

DADALENIN ENGINEERING social engineering, Aleksej Gastev


DADALENIN materials, propaganda, history, news

DADALENINMEHRWERT - dadalenin Marcel Janco surplus


dadaleninmodernamuseet yesterday I went to the ...

dadalenin exhibitions

dadalenin drawings


DADALENINACCIDENT - animation film

GOOGLELENIN - materials - drawings, paintings etc.

STO DIELAET / WHAT IS TO BE DONE collective works / questionnairs

Reading Lenin a reading seminar

UBULENIN - a theatrical performance, 2008

ubulenin FREE CREDIT CRUNCH MEAL good bye dinner

dadaleninUBU LENIN


a re-inthronation of ALFRED JARRY'S UBU KING

( FRENCH VERSION: below the english version )

theatrical performance

Ubu Rex (King Ubu) by Alfred Jarry is a master piece about the murder of the polish royal family and the abuse of political authority. Considered to be a herald of the Absurd, Dadaist and Surrealist theater this work really anticipates the monstrosities of 20th (and 21st) century history. As so many dictators and politicians since the writing of this master piece, Ubu was a cruel, greedy, vulgar, self-agrandizing and stupid monster that triggered wars and pushed his population into misery. King Ubu was performed in Zurich at Cabaret Voltaire in 1916 and most likely seen by Lenin and his wife Krupskaya. This must have inspired them to offer the Romanov, the house of the Russian tsar, the same fate. The fact that Lenin was a participating dadaist in Zurich - though in disguise - served me as pretext to rewrite the original Ubu play as Ubulenin, replacing Ubu father and Ubu mother with Ubulenin and Ubukrupskaya. Needless to say, even Bush's weapons of mass destructions and former US Fed chief Greenspan - main regulator over ubuesque investment schemes leading to the current fall down of the world financial system - have an appearance on stage.


NEW YORK - Swiss Institute, Performa 2009

actors: matt raines, nicole kontolefa, rainer ganahl

thanks to piper and gianni jetzer



dadalenin UBU LENIN
By Alfred Jarry, 1898 / Rainer Ganahl, 2008

Prelude: From the windows of the residency of Ubu Lenin and his wife Ubu Krupskaya

UBU LENIN/left window: Schitt
UBU KRUPSKAYA/right window: How stupid can you get?
UBU LENIN/left window: You shall very shortly get beaten up good and proper.
UBU KRUPSKAYA/right window: Pfart!
UBU LENIN/left window: Pschittburger!
UBU KRUPSKAYA/right window: Schitt
UBU LENIN/left window: BuggerSchitt  …. You’re looking exceptionally ugly tonight, Ubu Krupskaya.
UBU KRUPSKAYA/right window: Schitt


Scene one: At the residency of Ubu Lenin and his wife Ubu Krupskaya

UBU KRUPSKAYA: Ooh! What a nasty word! Lenin, you’re a dirty old man.
UBU LENIN: Watch it, Ubu Krupskaya, I’ll bash your head in!
UBU KRUPSKAYA: Not my head, Lenin.
UBU LENIN: By my dick, I’m not with you.
UBU KRUPSKAYA: How come, Ubu Lenin, you mean you like what you are?
UBU LENIN: By my dick, pschitt, Ubu Krupskaya. Yes, by God, I’m perfectly satisfied. Who wouldn’t be? Captain of the Guard, eye and ear of Tsar Nicholas II, decorated with the order of the Double Headed Eagle of Russia. You can’t go higher than that.
UBU KRUPSKAYA: You’re joking! After having been the king of Poland, you’re content to ride in front of fifty bumpkins in procession when you could have the sceptre of Russia in your hands?
UBU LENIN: Krupskaya, I don’t understand a word you’re saying.
UBU KRUPSKAYA: How stupid can you get!
UBU LENIN: By my dick, tsar Nicholas II, is still alive, isn’t he? And even if he isn’t five feet under, hasn’t he masses of children?
UBU KRUPSKAYA: Why don’t you finish off the whole bunch and put yourself in their place?
UBU LENIN: Krupskaya, now you have gone too far. I’ll smash your face in.
UBU KRUPSKAYA: You poor bugger, if I get beaten up, who’ll suck your dick?
UBU KRUPSKAYA: If I were you, I’d try to get my ass sitting on this throne. You could become enormously rich, screw as many sausages and kulaks with your comrades as you like.
UBU LENIN: If I were in his place, I’d roll through the streets with golden bicycles and use silver fishing rods. And we’ll create a communist state!
UBU KRUPSKAYA: you finally could get yourself bronze and marble dildos, and skip your pills, your Perpetual Motion Food, to satisfy me properly.
UBU LENIN: It is more than I can resist! Shittburger, if ever I come across the tsar alone on a dark night, I’ll do him in.
UBU KRUPSKAYA: Now you‘ve got balls. Ubu Lenin,
UBU LENIN: Oh no! Me, a captain of the guard, brutally murdering the Romanovs! I’d rather perish in one of our projected working camps for the Belomor Canal.
UBU KRUPSKAYA: Oh, Schitt So you want to stay poor as all of your comrade workers, Mister UBU-Lenin?
UBU LENIN: Fuck, yes, by my dick, I’d rather be poor and work as a proper assembly line rat than being a rich profit taking murderous cat!
UBU KRUPSKAYA: And your bicycles? And your fishing rods? And your filthy marble accessories for impotent men?
UBU LENIN: And then what, old cow?
UBU KRUPSKAYA: speaking to herself: Pfartt, what a stingy impotent-bastard, I’ve got to get him shifting. In a week, I’ll be Tsarina of Russia and he will hopefully forget about his communist and revolutionary ideas !


Scene two: Dining hall with Ubu Lenin, Ubu Krupskaya and LIEUTENANT DOGPILE

UBU LENIN: Dogpile, did you enjoy your dinner?
LIEUTENANT DOGPILE:  Lovely, except for the pschitt.
UBU LENIN: Oh, the pshchitt was great.
UBU KRUPSKAYA: A little of what you fancy, they say.
UBU LENIN: Dogpile, I’ve decided to make you Duke of Lithuania.
LIEUTENANT DOGPILE: But I thought you were completely broke, Mister Ubu Lenin?
UBU LENIN: In a day or two, with your help, I shall be in place of the Tsar.
LIEUTENANT DOGPILE:  What !! You’ll assassinate the Tsar?
UBU LENIN: Doghshit is clever, he guessed it.
LIEUTENANT DOGPILE: If it’s killing Tsar Nicholas II, I’m with you. I hate him, my men do too.
UBU LENIN: Oh Dogpile, We love you dearly for that.
LIEUTENANT DOGPILE: Pooh, you stink, man! Don’t you ever wash?
UBU LENIN: Occasionally.
UBU LENIN: shut up.
UBU KRUPSKAYA: Fat lump of Schitt
UBU LENIN: Right, Dogpile, that’s all for now. By my dick, I swear on the head of Krupskaya to make you ruler of Lithuania.
UBU LENIN: Shut up

Scene three: Parade ground near the Winter Palace with tsar and part of his family

TSAR: Noble Master Ubu Lenin, enter the royal enclosure with your followers, and we will review the march past together.
UBU LENIN aside to his men: Look sharp, you fuckers. It starts soon. To the tsar: Coming, Sire, coming.
TSAR: Ah, there’s my regiment of Danziger Horse guards. What a magnificent spectacle!
UBU LENIN: You think so? They look rubbish. Look at that one! How many days since he last had a shave, what  lousy scum!
TSAR: But this soldier is very well turned out. What on earth is the matter with you, old Lord Ubu Lenin?
UBU LENIN stamping on his food: This is it!
TSAR: Bastard, Treason!
UBU LENIN: PSCHITT. It’s time. He pushes his knife into the stomach of the tsar.
LIEUTENANT DOGPILE:  down with the tsar! Hurrah!
They all  attack the tsar. A bomb explodes.
TSAR: Help, help! By the Holy virgin and Queen Olga, I’m dying.
PRINCE BOGGLERAS: What the fuck’s going on? After them!
UBU LENIN: Ha! I’ve got the sceptre! Now, after the other fuckers.
LIEUTENANT DOGPILE: Kill all those bastard princes!
The princes run for their lives. All chase them.

Scene four: Balcony of the Winter Palace, overlooking the plaza full of People. Ubu Lenin, Ubu Krupskaya, Lieutnant Dogpile, and people

PEOPLE: Up, up Ubu Lenin! Hurray! Long live Ubu Lenin and his communist revolution!
UBU LENIN throwing gold: Here, gold from the treasury for all. Long live communism!
He hesistates but goes on from the balcon. All this throwing away of gold doesn’t give me any pleasure, but Ubu Krupskaya insisted. At least, promise you’ll pay your taxes now.
PEOPLE: Yes, yes!
People in the plaza violently rush for the gold
LIEUTENANT DOGPILE: Look, they’re fighting over the money. It’s hell down there.
UBU KRUPSKAYA: wow, this one’s had his brains bashed in for the gold he just picked up
UBU LENIN: Great revolutionary scenes, toss more gold !
UBU KRUPSKAYA: Feed the crowd your 'Perpetual Motion Food' too, so we can really turn them on!
All: Yes! Long live Ubu Lenin! Long live the revolutionary and Ubu’s 'Perpetual Motion Food'! We never had fun like this during the reign of Tsar Nicholas II!
UBU LENIN: Those on Perpetual Motion Food and still alive after the fight over our revolutionary gold should grab their bicycles and compete in the Ten Thousand Mile Race
LIEUTENANT DOGPILE: It’s from the Kremlin to Vladivodstock and back again
UBU LENIN: The winner against the new train will be exempt from taxes and get Perpetual Motion Food for free throughout the first Five Year Plan of our proletarian dictatorship.  
PEOPLE: Hurray… long live the Ubu Lenin revolution and his Perpetual Motion Food.
UBU LENIN: By the way, we need to move to the Kremlin, the Winter palace is too cold and too small for our new bureaucracy.
PEOPLE: Hurray, the revolution will be everywhere.
UBU LENIN:  Communism is Soviet power plus the electrification of the entire country


Scene five: The Kremlin, Ubu Lenin, Ubu Krupskaya

UBU LENIN: By my dick, I’ve done it. I’m the ruler of this fair land. From now on, Russia becomes the Soviet Union, the dictatorship of the proletariat. Feeling a headach: It was a fuck’n party all last week and now I’ve got a hangover.
UBU KRUPSKAYA: soon, your goodies …
UBU LENIN: yes, golden bikes and silver fishing rods, communist party offices throughout the country and Cheka security men to safeguard our ass!
UBU KRUPSKAYA: even though we are now revolutionaries, we’ve still got to be economical.
UBU LENIN: Krupskaya, you’re so right.
UBU KRUPSKAYA: We owe so much to the Duke of Lithuania.
UBU LENIN: Who’s that?
UBU KRUPSKAYA: Lieutenant Dogpile.
UBU LENIN: For heaven’s sake woman, don’t even mention that fucker to me. Now that we don’t need him anymore, we socialize Lithuania, just as were going to do with the rest of the country .. all these fuckers will lose control to the communist party, the CPSU.
UBU KRUPSKAYA: You’re making a big mistake, Ubu Lenin. They’ll turn against you.
UBU LENIN: I should worry! As far as I’m concerned, he and Boggleras can go fuck themselves. We got the raving masses on our side. Also, our Cheka man Felix Dzerzhinsky is a master of our Red Terror. He already has started our new campaign, accurately depicted on Wikipedia:  brutal torture, flogging, maiming or execution. Some are shot, others drowned, buried alive, or hacked to death by swords. Quite often the victims of Cheka who were about to be executed were forced to dig their own graves. Nobody will dare to speak up for the next 50 years.
UBU KRUPSKAYA: And do you think you’ve heard the last of prince Boggleras?
UBU LENIN: Sword of phynance, obviously! What harm do you think he can do me, that little fourteen year old shit?
UBU KRUPSKAYA: Ubu Lenin, you should bribe Boggleras!
UBU LENIN: More money down the toilet? We’ve already wasted two million to be in this place.
UBU KRUPSKAYA: I warn you, Ubu Lenin. He’ll stab you in the back. Young prince Boggleras might defeat you. After all, he has justice on his side.
UBU LENIN: Who cares! Isn’t injustice just as good as justice? Shut up, cunt, you piss me off, Krupskaya.


Scene six: In the Great Hall of the Kremlin, Ubu Lenin, Ubu Krupskaya, Communists, Officiers, Nobs, Lawyers, Bankers, Judges, Clerks, artists and more

UBU LENIN: Bring these, nobs, kulaks, exploiters, capitalist bloodsuckers in.
The Nobs and kulaks are pushed forward, roughly
UBU KRUPSKAYA: Ubu Lenin, go easy on them.
UBU LENIN: Comrades. The superstructure bloodsuckers enrich me as does the Soviet Union. Let’s set an example so that people for hundred of miles around will see, tremble and say: let’s choke and strangle these bood-suckers publish their names, take away their grain.
NOB: Ooh, Aah, Help !
UBU LENIN: Bring me nob Number One. All those who are condemned must be shoved this hole to mee t their death. Down to the Slushpile to be debrained.
to the NOB What’s your name, Kulak?
NOB: Viscount of Petersburg.
UBU LENIN: How much are you worth?
NOB: Three million a year.
UBU LENIN: guilty!
He pushes him down the gutter.
UBU KRUPSKAYA: You’re so strict, go gently, you might need them!
UBU LENIN: next nob. What’s your function?
SECOND NOB: Doctor from Moscow.
UBU LENIN: Down you go. These Jewish doctors are conspiring against me. Next. Who are you?
THRID NOB: Holder of Hanover, Halle and Harrogate.
UBU LENIN: Three in one? Down the tube. Next nob. Name?
FOURTH NOB: Proud Palatine of Polock
UBU KRUPSKAYA: You’re too fierce!
UBU LENIN: Shut up, I’m working, making my fortune. To the court officer now:  Just read me the titles and job descriptions:
CLERK: That’s all?
UBU LENIN: What d’you mean, that’s all. I’m not rich enough yet, and the Soviet Union not yet solidified, so they’re all for the drop. They’ve got it, I need it, we need it. Stuff the nobs down the tube and hang them in accordance with yesterday’s telegram. Also, use your toughest people for this!
LAWYERS: Objection. Nolle prosequi.
UBU LENIN: Shut up! Lawyers first, then industrialists, followed by doctors, teachers, artists and the rest of that counter-revolutionary scum. Also, suspend all judges’ salaries.
JUDGES: What’ll we live on? We’re broke. 
UBU LENIN: Big deal, live on the fines.
JUDGES: Under these conditions, we refuse to judge.
UBU LENIN: All judges down the tube as well!
They struggle in vain.
UBU KRUPSKAYA: What’re you doing, Ubu Lenin? Who’ll do the judging, now?
UBU LENIN: Watch and see. Who’s next, now. Bankers.
BANKERS: We’ve got no change!
UBU LENIN: First, I want half of all the assets you keep.
BANKERS: You’re joking. That’ll make a credit crunch that leads to a financial crisis. No money anymore for big and small businesses. Real estate prices will collapse and pull down the stock markets around the world. It will lead to a credibility gap and investors will stay way. You and your revolution will be without revenue and without any military hardware. Who’s gonna finance the military-industrial complex and your revolution!?
UBU LENIN: Ok, I’ll talk to my Federal Reserve Chief but start taking charges immediately: on property 15 %, commerce and industry, 25 %, marriage and death fifty rubles each
BANKERS: It’s not viable; it doesn’t add up.
UBU LENIN: Fuck’m ! down the tube!  All of them – down the hole; Socialize all banks and freeze all capital ! 
UBU KRUPSKAYA: Ubu Lenin, you are killing the whole world.
UBU LENIN: Don’t worry, Ubu Krupskaya, I’ll go from town to town myself, collecting the cash. I’ll deposit it in the Kremlin, the Winter Palace in Petersburg is too small.
Looking at a group of less well dressed people
And who are these nobs?
ARTISTS: we are artists, Comrade Ubu Lenin. We’ll revolutionize art and render you immortal through our bronze sculptures of you. One day they’ll even circulate worldwide on E-bay. Spare our lives and forgive us for having served these bourgeois fat cats until now, when you brought us the revolution.
UBU LENIN: Your apologies are well received and you are pardoned. The mediocre ones we keep in Moscow, the better ones we send to the work camps throughout the Soviet Union and the best artists go to the Gulag in Siberia. I believe in Siberia, their raw materials, their oil and gas reserves and their proximity to China. In Siberia you get an atmospheric understand of our foreign policy.
Picking one guy:
Hey you, your name
ARTIST:  El Lissitzky
UBU LENIN: Make me the third Tribune and a Monument to the Future!
addressing the rest of the assembly: The rest of the culprits down the tube. I’ve got to collect taxes now !


Scene seven: A peasant’s house in the surroundings of Moscow. Several peasants are assembled, Ubu Lenin smashes in with his army of money grubbers

PEASANT entering: Hey! Did you hear the news? The king is dead and all the nobles as well; young Prince Boggleras has fled to the mountains. What’s more, Ubu Lenin has seized all state power. They call it a revolution, and the country’s been named the Soviet Union. They claim the revolution and the Union belongs to the people, to you and me. But they still collect taxes.
ANOTHER PEASANT: I’ve just come from Moscow, where I saw them carting off bodies of more than three hundred nobles and five hundred judges, bankers and others that Ubu Lenin had slaughtered. They are actually going to double the taxes. Ubu Lenin is bicycling throughout the country and collecting taxes in person. He has killed his own revolutionary gaurd out of suspicion and paranoia.
PEASANT: Great God! What will become of us? Ubu Lenin is a beast and his wife, Krupskaya is equally repulsive.
PEASANT: Hark! What’s that. Someone’s knocking on the door.
UBU LENIN: Goldfish-rod-stick-n-shitter, Open up, pschitt, in the names of Marx, Engels and Stalin! Open up, by my cash sword and dick, I want your taxes!
A peasant steps forward.
PEASANTS: We have already paid our taxes in full! We’re also covered by limited liability.
UBU LENIN: So what? You kulaks! I’ve changed the rules. It was in the paper: all taxes to be paid twice over, except those I may dream up later, to be paid three times. Simply pay ! Thus, I make my fortune, perpetual-food-snack, then kill the whole fuck’n world and cycle off.
PEASANTS: Mercy, Lord Ubu Lenin, have pity on us. Were not kulaks, we’re just poor, simple people, and already registered in the communist party. Long live the revolution!
UBU LENIN: I couldn’t care less, just pay up!
PEASANTS: But we can’t, we’ve already paid.
UBU LENIN: Fork out, or I’ll trade you for Cuban torture, water boarding, electrocuting your testicles, stuffing your chopped off head in plastic bags. Bush-fuck-Abu-Ghraib-crap, am I or am I not your best Soviet comrade?
ALL PEASANTS: Ho, In that case, to arms, fellows! Long live Prince Boggleras, by the grace of God, the future tsar!
UBU LENIN: Unbelievable, these counter-revolutionary hoardes, Set an example, Comrads of the Phynances, Kill, cash and carry!
A battle begins. The house is wrecked. None escape except an old peasant. Ubu is left alone on his bike, counting cash.


Scene eight: At Kremlin, Ubu Lenin, Ubu Krupskaya, Federal Reserve Chief

UBU LENIN: Order! I declare this meeting open. Agenda: one, cash count. two, my new idea: how to change the weather and do away with rain. We got to save energy.
FEDERAL RESERVE CHIEF: Ubu Lenin, you’re brilliant.
UBU LENIN: Krupskaya, we are not doing badly. Comrades, bring in bonuses, dividends and preferred stock options! Our Greenspan-Bernankee-debt-collectors work miracles! Everywhere you look you see nothing but houses foreclosed and citizens grumbling under the burden of a collapsed financial system and our bills.
FEDERAL RESERVE CHIEF : The new taxes, Ubu Lenin, are they working?
UBU KRUPSKAYA: They’re rubbish. People hate them! Taxes on second and third marriages without divorces, thirty rubbles, fucking in the park and indecent behaviour in public, eighty rubbles. Gay encounters, sixtysix rubbles. So far only adultery goes untaxed if it’s under the influence of Perpetual Motion Food and you can prove  it. On top of that, Ubu Lenin is chasing people in the streets and forcing them into communist party meetings.
UBU LENIN: Rodfish-gold-rr, bulldog-gun-shitter, Fed chief, I’m talking.
Messenger entering leaving a postcard. Ubu Lenin suddenly gets scared
 … what does he want? You read it, I’m depressed, I’ve forgotten how to read, but I’m sure it’s Dogpile, this fuckn’ traitor who ran over to the Nimietskies. 
UBU KRUPSKAYA: So it is. reading out loud:  “Having a lovely time? Kaiser Wilhelm II of all the Nimietskies is really nice. We’re invading tomorrow to put young prince Boggleras back on the thrown. And stuff your guts. German regards Dogpile”
UBU LENIN: depressed and scared. I’m finished. This filthy disloyal-turncoat-fishhead dog-shitter is coming to hurt me. Comrades, tell me what to do. I’ll even pray to God and forget Communism. Oh, what am I to do? Sto dielaet? What is to be done?
He snops and sobs.
UBU KRUPSKAYA: Ubu Lenin, there’s only one thing for it. War !!!
ALL: Hurray, Road to War, Fight the Axis of Evil! Yah ! War on terror ! Freedom Fries!
UBU LENIN: What a fuckn’ great idea. Mission accomplished!
FIRST COUNCILLOR: Call up the army.
SECOND COUNCILLOR: Lines of supply.
THIRD COUNCILLOR: Forts, cannons, balls, Perpetual Motion Food !
FOURTH COUNCILLOR: Cash for our boys !
UBU LENIN: AH, NO, What are you saying! What are you taking me for? Me, paying?! There’s No budget for war! By my PerpetualMotionFoodDoped dick, we’ll fight this war but no pay!!


Scene nine: In the capital, Prince Boggleras, Nimietsky Officiers, Guards, People, Ubu Krupskaya

PPRINCE BOGGLERAS: I’ve got a dream. Suppose I lead you pals, destroy the communists and restore my royal race?
ALL: Yay, prince Boggleras!
BOGGLERAS: And when we’ve done that, we’ll abolish all the taxes imposed by that red terror regime.
ALL: Hurray! On to the Kremlin. Exterminate the Communists! Reinstall the tsar!
PPRINCE BOGGLERAS: Oh, look. Krupskaya and her guards. There, on the Kremlin walls.
Krupskaya smells troubles.
UBU KRUPSKAYA: What is it?!  Counter-revolutionary masses, The return of the repressed, prince Boggleras advancing. ‘
Kremlin guards under attack by incoming stones and bullets
FIRST GUARD: there is no window left
SECOND GUARD collapsing: They’ve got me.
THIRD GUARD collapsing: I’m done for.
PRINCE BOGGLERAS encouraging his men: Keep throwing and shooting, dudes.
PRINCE BOGGLERAS addressing Krupskaya: You Communist swine. Here comes the upper crust, you so despised! To his men: Don’t let her escape, this By-Dildo-Ass-Fucked cunt!
Ubu Krupskaya runs away, with all Nimietskies after her. Shots, stones. Bombs exploding.
NIMIETSKY OFFICER: We’re starving this fat Russkji commu-bitch for many months to come, together with the cities of Moscow, Leningrad and Stalingrad. Keep bombarding the fuckn’ gorod-place with our nimietsky Stalin organs.
PRINCE BOGGLERAS : we’ll win and put the Poles in our Prussian pockets on our way back!


Scene ten: in the battle field, Ubu Lenin, Cheka officer Felix Dziershinsky, General Custard, soldiers, and others including a Woman Ghost

UBU LENIN: It’s bloody marvellous. The revolution’s eating its own children. And not enough cash for even fixing our bikes. I ask you, to stop spending. Flat tires and we had to walk. I put most of the money off-shore and to UBS. But just wait, back at the Kremlin. Putin has orthodox cash reserves stashed under the St. Basil cathedral. But worst for the moral of our soldiers, we not only run out of food and fuel but also of Perpetual Motion Food.
CHEKA OFFICER FELIX DZIERSHINSKY: so they do less ass fucking.
UBU LENIN: dreaming soon, we’ll have the magic weapon, the middle Eastern Bush-War-Against-Terror-Worm-Can-Opener up and running: We’ll invent a wind-cart to waft us wherever we want. Stealthy pilotless eyes-in-the-sky drones. And we’ll apply nimietskji mustard gas, cyclon A and B weapons of mass destruction, combined with Iraqi WMD’s, to distract the enemy, to kill his lies, to extract confessions through extra-ordinary renditions. 
CHEKA OFFICER FELIX DZIERSHINSKY: Sure! I’ll force the boys to believe it all!. Here at the Checka, we execute up to 300 people a day who don’t belief in your revolution, Ubu Lenin! By the way, just for the records, the Fritz Haber - DADALENIN mustard gas is not in our hands, the Nimietskjies are using it against us. This is the reason why we lost most of our soldiers and the rest are out of their minds even though we’ve runt out of Perpetual Motion Food rations.
UBU LENIN: See here, you’ve got clouds for brains. It’s really time to get organised for battle. We’ll stay up here, and I’ll stand in the middle, so you can protect me better. Stuff your guns with bullets, eight bullets mean eight dead Nimietskies, Frankfurters, Hamburgers and other potatoe-saussage-krauters. We’ll win, no problem, and we’ll grind anybody to Siberian snowflakes or bellarussky canal jelly… But now, I wanna eat.
GENERAL CUSTARD: Comrade Ubu Lenin, we shouldn’t let our men rest now and fall out and Piss. The enemy could attack any moment.
UBU LENIN: They’ll not attack til twelve ! Piss soldiers, Piss and eat and drink what’s left.
SOLDIERS: Piss , Piss , Piss ; beer, beer , beer, Piss, Piss , Piss.
UBU LENIN:  I love it, I love you all, singing tax, tax, war, war, win win
A Nemietskji cannonball flies in and smashes parts of the soldiers camp, inflicting large damage
MAJOR FORT: The Nimietskijs are attacking.
UBU LENIN: hysterical Don’t look at me. It’s not my fault ! Cashofficers, prepare for battle.
more cannonballs hitting and causing large damage. Ubu Lenin frightened:
I’m off. It’s raining lead and iron. My remaining cashness could get seriously fucked up.
They all rush down the hill. Battle has begun. They vanish in the clouds of smoke at the foot of the hill.
GENERAL CUSTARD: ouch, that really hurt.
UBU LENIN: Say your prayer, fuck’n born again-christian-methodist-bush-head-pig!
Some bullet explodes nearby
Nemietskij: Oh, a great strike! I hit this smuddy russkji marble dildo-fucking communist Ubu Lenin ass?
UBU LENIN: hysterical I’m hit, I’m hit. I’m leaking, I’m buried
Manages somehow to run way, looking around himself, almost abandoned and seriously wounded:
not kidding … where are our soldiers?!!!
GENERAL CUSTARD also critically wounded: they are gone! Most of them left before the battle started, they didn’t get paid. They are gone! Many soldiering now against us with the better paying nemietskji lot led by the AlQaeda-Tactic-Dogshitter Dogpile. We lost…! Collapses and dies
Ubu Lenin, fleeing under canon rain on his bicycle. But suddenly, a woman ghost stops him with a revolver. 
UBU LENIN: NO .. NO, don’t shoot, don’t shoot…I’ll give you gold! But who are you? You look so familiar. Did we fuck in Paris or Geneva when Ubu Krupskaya wasn’t with us?
WOMAN GHOST: I’m the consciousness of the revolution. You and your mass killers, you fucked up badly! I’m here to bring you a message from Karl Marx…
Lenin in shock cries out, and falls of the bicycle, now with a flat tire. He’s suffering a stroke… uttering his last words:
UBU LENIN: … See nothing, Say nothing, Write nothing. Forget All.
….stumbling on his final breath: Krupskaya, I hate you ... but I miss TristanTzara’s dick! (dies)


ps: niemetsky - russian: german



actors: matt raines, nicole kontolefa, rainer ganahl

thanks to piper and gianni jetzer (swiss institute, new york) and tairone bastien (performa 2009)


Tensta Kunsthall, Stockholm, 2008, OCTOBER 19, 20008 3 pm

s s









dadalénine UBU LÉNINE
de : Alfred Jarry, 1896 / Rainer Ganahl, 2008
traduit par : Diniz Galhos, / corrected by Rainer Ganahl, 2008

actors: Barabara Manzetti, Rainer Ganahl, Guiseppe Molino

(I opted for the original and famous « merdre », RG)




(photos: Pascal Beausse)


Prélude: Aux fenêtres de la résidence d’Ubu Lénine et de son épouse Ubu Kroupskaïa.

UBU LÉNINE/fenêtre gauche : Merde!
UBU KROUPSKAÏA/fenêtre droite : Comment pouvez-vous être aussi bête?
UBU LÉNINE/ fenêtre gauche : Tu vas bientôt passer à la casserole comme il se doit.
UBU KROUPSKAÏA/ fenêtre droite : Ppssscht!
UBU LÉNINE/ fenêtre gauche : Putain de merde !
UBU KROUPSKAÏA/ fenêtre droite: Ppssscht!
UBU LÉNINE/ fenêtre gauche : Putain de merde ! … Tu es particulièrement laide, ce soir, Ubu Kroupskaïa.
UBU KROUPSKAÏA/fenêtre droite : Ppssscht !


Scène 1 : La résidence d’Ubu Lénine et de son épouse Ubu Kroupskaïa.

UBU KROUPSKAÏA: Oh ! Voilà du joli ! Père Lénine, vous êtes un vieux dégueulasse.
UBU LÉNINE: Que je vous assomme, Mère Kroupskaïa !
UBU KROUPSKAÏA: Par ma tête, Lénine.
UBU LÉNINE: Par ma bite, je n’en suis pas.
UBU KROUPSKAÏA: Comment cela, Père Ubu Lénine, vous voulez dire que vous êtes heureux comme vous êtes ?
UBU LÉNINE: Par ma bite, merde, Mère Ubu Kroupskaïa. Oui, par Dieu, je suis parfaitement heureux. Qui ne le serait pas ? Capitaine de la Garde, les yeux et les oreilles du Tsar Nicolas II, décoré de l’Ordre de l’Aigle bicéphale de Russie. On ne peut pas aller plus haut dans les honneurs.
UBU KROUPSKAÏA: Vous plaisantez ! Après avoir été roi de Pologne, vous vous contentez de mener aux revues une cinquantaine de gougnafiers alors que vous pourriez tenir le sceptre de Russie dans vos mains ?
UBU LÉNINE: Mère Kroupskaïa, je ne comprends rien de ce que tu dis.
UBU KROUPSKAÏA: Comment peut-on être aussi bête !
UBU LÉNINE: Par ma bite, le Tsar Nicolas II est toujours vivant, n’est-ce pas ? Et même en admettant qu’il meure, n’a-t-il pas des légions d’enfants ?
UBU KROUPSKAÏA: Qui t’empêche de massacrer toute la famille et de te mettre à leur place ?
UBU LÉNINE: Kroupskaïa, à présent vous allez trop loin. Je m’en vais t’éclater la tête.
UBU KROUPSKAÏA: Pauvre bougre, si je passe à la casserole, qui te sucera la bite ?
UBU LÉNINE: Comment ?
UBU KROUPSKAÏA: À ta place, je tâcherais de mettre mon cul sur ce trône. Tu pourrais devenir immensément riche, et tu pourrais baiser avec tes camarades autant de boshs et de koulaks que tu le voudrais.
UBU LÉNINE: Si j’étais à sa place, je roulerais par les rues sur des vélos en or et j’utiliserais des cannes à pêche en argent. Et nous créerions un état communiste !
UBU KROUPSKAÏA: Tu pourrais enfin te procurer des godes en bronze et en marbre, et ne plus recourir à tes pilules du Perpetual Motion Food pour me satisfaire comme il se doit.
UBU LÉNINE: Je cède à la tentation ! Bougre de merdre, si jamais je rencontre le Tsar seul par une nuit sombre, j’en finirai avec lui.
UBU KROUPSKAÏA: À présent tu as des couilles, Père Ubu Lénine.
UBU LÉNINE: Oh non ! Moi, capitaine de la Garde, massacrer les Romanov ! Plutôt mourir dans l’un de ces camps de travail que nous projetons de construire pour le Canal biélorusse.
UBU KROUPSKAÏA: Oh, merdre ! Tu veux donc rester pauvre, comme tous tes camarades travailleurs, Monsieur Ubu Lénine ?
UBU LÉNINE: Putain, oui, par ma bite, j’aime mieux être pauvre et travailler à la chaîne comme un rat plutôt que d’être un riche meurtrier qui s’engraisse de profits !
UBU KROUPSKAÏA: Et tes vélos ? Et tes cannes à pêche ? Et tes répugnants accessoires en marbre pour hommes impuissants ?
UBU LÉNINE: Eh bien quoi, vieille vache ?
UBU KROUPSKAÏA (se parlant à elle-même) : Ppssscht, quel minable bougre d’impuissant, il me faut lui faire changer d’avis. Dans une semaine, je serai Tsarine de Russie et, espérons-le, il aura oublié ses idéaux communistes et révolutionnaires.



Scène 2: Dans la salle à dîner, Ubu Lénine, Ubu Krouspkaïa et le lieutenant Bordure.

UBU LÉNINE: Bordure, avez-vous bien dîné ?
LIEUTENANT BORDURE:  Fort bien, sauf la merde.
UBU LÉNINE: Oh, la merde n’était pas mauvaise.
UBU KROUPSKAÏA: À votre goût, dirons-nous.
UBU LÉNINE: Bordure, j’ai décidé de vous faire Duc de Lituanie.
LIEUTENANT BORDURE: Mais je vous croyais tout à fait pauvre, Père Ubu Lénine.
UBU LÉNINE: Dans un jour ou deux, avec votre aide, je serai à la place du Tsar.
LIEUTENANT BORDURE:  Comment ? Vous allez tuer le Tsar ?
UBU LÉNINE: Cette ordure n’est pas bête, il a deviné.
LIEUTENANT BORDURE: S’il s’agit de tuer le Tsar Nicolas II, j’en suis. Je le hais, et mes hommes le détestent également.
UBU LÉNINE: Oh, Bordure, je vous aime beaucoup.
LIEUTENANT BORDURE: Eh ! Vous puez, Père Lénine ! Vous ne vous lavez jamais ?
UBU LÉNINE: Rarement.
UBU LÉNINE: La ferme.
UBU KROUPSKAÏA: Grosse merde!
UBU LÉNINE: Bien, Bordure, j’en ai fini avec vous. Par ma bite, je jure sur la tête de Mère Kroupskaïa de vous faire duc de Lituanie.
UBU LÉNINE: La ferme.

Scène 3: À la parade, près du Palais d’Hiver, avec le Tsar et une partie de sa famille.

TSAR: Noble Père Ubu Lénine, venez près de moi avec votre suite pour inspecter les troupes.
UBU LÉNINE (à ses hommes): Attention, bande de cons. Ce sera bientôt à nous. (Au Tsar) Nous voilà, Votre Altesse, nous voilà.
TSAR: Ah, voici mon régiment de gardes à cheval de Danzig. Quel merveilleux spectacle !
UBU LÉNINE: Vous trouvez ? Ils paraissent misérables. Regardez celui-ci ! Depuis combien de jour ne s’est-il pas rasé, cette raclure !
TSAR: Mais ce soldat est impeccable. Qu’avez-vous donc, Père Ubu Lénine ?
UBU LÉNINE (il lui un coup de pied) : Voilà !
TSAR: Salaud ! Trahison!
UBU LÉNINE: MERDE. Maintenant. (Il plonge son poignard dans le ventre du Tsar.)
LIEUTENANT BORDURE:  Mort au Tsar ! Hourra !
(Ils attaquent tous le Tsar. Une bombe explose.)
TSAR: Au secours, au secours ! Par la Sainte Vierge et la Reine Olga, je suis mort.
PRINCE BOUGRELAS: Qu’est-ce qui se passe, bordel ? Dégainons !
UBU LÉNINE: Ah! J’ai le sceptre. Aux autres bougres de merdre, maintenant.
LIEUTENANT BORDURE: Tuez tous ces princes bâtards !

Les princes se sauvent. Tous les pourchassent.


Scène 4: Au balcon du Palais d’Hiver, au-dessus de la place pleine de peuple. Ubu Lénine, Ubu Kroupskaïa, lieutenant Bordure et le peuple.

PEUPLE: Vive Ubu Lénine ! Hourra ! Longue vue à Ubu Lénine et à sa révolution communiste !
UBU LÉNINE (jetant de l’or): Tenez, de l’or des Phynances pour tous. Longue vie au communisme ! (Il hésite, puis continue sa distribution.) Ça ne m’amuse guère de vous lancer ainsi de l’or, mais la Mère Ubu Kroupskaïa a insisté. Au moins promettez-moi de bien payer vos impôts.
PEUPLE: Oui, oui!
(Le peuple se rue violemment sur l’or)
LIEUTENANT BORDURE: Voyez comme ils se disputent cet or ! Quel enfer !
UBU KROUPSKAÏA: Oula, en voilà un qui vient de se faire fendre le crâne pour l’or qu’il venait de ramasser.
UBU LÉNINE: Quel beau spectacle révolutionnaire ! Jetons plus d’or encore.
UBU KROUPSKAÏA: Jetez également à la foule de vos pilules du Perpetual Motion Food, afin que nous finissions de les enrager !
TOUS : Oui ! Vive le Père Ubu Lénine ! Longue vie à la révolution et aux pilules du Perpetual Motion Food du Père Ubu Lénine ! Nous ne nous sommes jamais autant amusés sous le règne du Tsar Nicolas II !
UBU LÉNINE: Ceux qui auront mangé de mes pilules du Perpetual Motion Food et seront toujours vivants au terme de ce combat pour l’or devront enfourcher leurs vélos et participer à la Course des 10 000 miles.
LIEUTENANT BORDURE: Du Kremlin jusqu’à Vladivostok, aller et retour.
UBU LÉNINE: Celui qui l’emportera en vitesse sur le nouveau train sera exempté d’impôts et recevra gratuitement des pilules du Perpetual Motion Food durant le premier Plan quinquennal de notre dictature du prolétariat. 
PEUPLE: Hourra… Vivent la révolution du Père Ubu Lénine et ses pilules du Perpetual Motion Food !
UBU LÉNINE: Au fait, il nous faudra déménager au Kremlin, le Palais d’Hiver est trop glacial et trop petit pour notre nouvelle administration bureaucratique.
PEUPLE: Hourra, la révolution sera partout !
UBU LÉNINE:  Le communisme, c’est le pouvoir des soviets, plus l’électrification de l’ensemble du pays.


Scène 5: Le Kremlin. Ubu Lénine, Ubu Kroupskaïa.

UBU LÉNINE: Par ma bite, j’ai réussi. Me voici dirigeant de ce beau pays. À compter de maintenant, la Russie sera l’Union Soviétique, la dictature du prolétariat. (Portant la main au front.) Quelle putain de fête nous avons faite cette semaine, j’ai la gueule de bois maintenant.
UBU KROUPSKAÏA: Et bientôt, vos cadeaux…
UBU LÉNINE: Oui, les vélos en or et les cannes à pêche en argent, des bureaux du Parti communiste à travers tout le pays et des gardes de la Tchéka pour veiller sur notre cul !
UBU KROUPSKAÏA: Bien que nous soyons à présent révolutionnaires, nous devons nous soucier d’économie.
UBU LÉNINE: Mère Kroupskaïa, tu as raison.
UBU KROUPSKAÏA: Nous devons beaucoup au duc de Lituanie.
UBU LÉNINE: Qui donc ?
UBU KROUPSKAÏA: Le lieutenant Bordure.
UBU LÉNINE: De grâce, Mère Kroupskaïa, ne me parle plus de cet enculé. Maintenant que nous n’avons plus besoin de lui, nous allons socialiser la Lituanie, comme nous allons le faire du reste du pays… tous ces enfoirés perdront le contrôle du Parti Communiste, le P.C.U.S.
UBU KROUPSKAÏA: Tu as grand tort, Père Ubu Lénine. Ils vont se tourner contre toi.
UBU LÉNINE: Je m’en contrefous ! En ce qui me concerne, Bougrelas et Bordure peuvent aller se faire foutre. Les masses, folle furieuses, sont de notre côté. De plus, notre homme de la Tchéka, Félix Dzerjinski, est maître de notre Terreur Rouge. Il a d’ores et déjà initié notre nouvelle campagne, judicieusement décrite sur Wikipédia ainsi que suit : « tortures brutales, flagellations, mutilations et exécutions. Certains sont abattus, d’autres noyés, enterrés vivants ou encore tailladés à coups de sabre jusqu’à ce que mort s’ensuive. Bien souvent, les victimes de la Tchéka qui étaient sur le point d’être exécutés étaient forcées de creuser elles-mêmes leur propre tombe ». Personne n’osera parler de ces horreurs durant les cinquante ans qui suivront.
UBU KROUPSKAÏA: Et crois-tu en avoir fini avec le prince Bougrelas ?
UBU LÉNINE: Sabre à phynances, évidemment ! Que veux-tu qu’elle me fasse, cette petite merde de quatorze ans ?
UBU KROUPSKAÏA: Père Ubu Lénine, tu devrais corrompre Bougrelas par les bienfaits !
UBU LÉNINE: Encore de l’argent jeté aux chiottes ? Nous avons déjà gaspillé deux millions pour être à cette place.
UBU KROUPSKAÏA: Je t’aurais prévenu, Père Ubu Lénine. Il te poignardera dans le dos. Le jeune prince Bougrelas te détrônera. Après tout, il a pour lui le bon droit.
UBU LÉNINE: Quelle importance ? Le mauvais droit ne vaut-il pas le bon ? Ferme-là, pauvre conne, tu m’emmerdes, Kroupskaïa.


Scène 6 : Dans le Grand Hall du Kremlin. Ubu Lénine, Ubu Kroupskaïa, des communistes, des officiers, des nobles, des avocats, des banquiers, des juges, des greffiers, des artistes et bien d’autres encore.

UBU LÉNINE: Amenez ces nobles, ces koulaks, ces exploiteurs, ces suceurs de sang capitalistes.
(On pousse brutalement les nobles et les koulaks.)
UBU KROUPSKAÏA: Père Ubu Lénin, modère-toi.
UBU LÉNINE: Camarades. Ces suceurs de sang m’enrichiront autant que l’Union Soviétique. Érigeons-les en exemple, afin que le peuple, à plusieurs centaines de kilomètres à la ronde, en tremble et se dise : étranglons donc ces suceurs de sang, publions leurs noms et prenons leurs blé.
NOBLES: Oh, ah, au secours !
UBU LÉNINE: Amenez le premier noble. Ceux qui seront condamnés à mort, je les passerai à la trappe, ils tomberont dans la cave où on les décervèlera. (Au Noble) Qui es-tu, koulak ?
PREMIER NOBLE : Le Vicomte de Saint-Petersbourg.
UBU LÉNINE: Quels sont tes revenus ?
PREMIER NOBLE : Trois millions annuels.
UBU LÉNINE: Condamné !
(Il le pousse dans le trou.)
UBU KROUPSKAÏA: Tu es trop féroce, du calme, tu pourrais avoir besoin d’eux !
UBU LÉNINE: Au noble suivant. Quel est ton emploi ?
DEUXIÈME NOBLE : Docteur à Moscou.
UBU LÉNINE: À la trappe. Tous ces docteurs juifs complotent contre moi. Au suivant. Ta charge ?
TROISIÈME NOBLE : Seigneur de Hanovre, Halle et Harrogate.
UBU LÉNINE: Trois en un ? Dans le trou. Au suivant. Qui es-tu ?
QUATRIÈME NOBLE : Le Prince Palatin de Polock.
UBU KROUPSKAÏA: Tu es trop féroce !
UBU LÉNINE: La ferme, je travaille, je m’enrichis. (Au greffier.) Vous, contentez-vous de me lire la liste des titres et des emplois.
GREFFIER : C’est tout ?
UBU LÉNINE: Comment ça, « c’est tout » ? Je ne suis pas encore assez riche, et l’Union Soviétique n’est pas encore consolidée, aussi, tous les nobles passent à la trappe. Ils ont du blé, j’en ai besoin, nous en avons tous besoin. Fouttez-les tous à la trappe et faites-les pendre en accord avec le télégramme d’hier. Chargez vos hommes les plus impitoyables des exécutions !
AVOCATS : Objection.
UBU LÉNINE: La ferme ! D’abord les avocats, puis les industriels, suivis des docteurs, des professeurs, des artistes et du reste de la pourriture contre-révolutionnaire. Et suspendez les salaires des juges.
JUGES : Et de quoi vivrons-nous ? Nous sommes pauvres.
UBU LÉNINE: La belle affaire, vous vous contenterez des amendes que vous prononcerez.
JUGES : Nous nous refusons à juger dans des conditions pareilles.
UBU LÉNINE: À la trappe les magistrats !
(Ils se débattent en vain.)
UBU KROUPSKAÏA: Que fais-tu, Père Ubu Lénine ? Qui rendra maintenant la justice ?
UBU LÉNINE: Regarde plutôt. À qui le tour, à présent. Aux banquiers.
BANQUIERS: Quelle poisse !
UBU LÉNINE: Pour commencer, je veux la moitié de tous vos avoirs.
BANQUIERS: Vous vous moquez. Cela entraînera un effondrement des crédits qui conduira à une crise financière. Plus d’argent pour les entreprises. Les valeurs immobilières entraîneront dans leur chute les bourses du monde entier. Nous serons plongés dans une véritable crise de confiance et les investisseurs ne voudront plus s’engager. Vous et votre révolution, vous vous retrouverez sans revenus et sans matériel militaire. Qui financera votre complexe militaro-industriel et votre révolution ?
UBU LÉNINE: D’accord, j’en parlerai avec le directeur de ma Réserve Fédérale, mais commencez dès maintenant les prélèvements obligatoires : sur la propriété, 15%, commerce et industrie, 25%, mariages et décès, cinquante roubles chacun.
BANQUIERS: Ce n’est pas viable, ça ne fait pas le compte.
UBU LÉNINE: Qu’ils aillent se faire fourtre ! À la trappe ! Tous, dans le trou. Socialisons toutes les banques et gelons tout capital !
UBU KROUPSKAÏA: Père Ubu Lénine, tu es en train de tuer tout le monde.
UBU LÉNINE: Ne t’inquiète pas, Mère Ubu Kroupskaïa, j’irai moi-même de village en village recueillir l’argent. Je le déposerai au Kremlin, le Palais d’Hiver de Saint-Petersbourg est trop petit. (Visant un groupe de personnes moins bien habillées.) Et qui sont ces nobles ?
ARTISTES: Nous sommes artistes, camarade Ubu Lénine. Nous révolutionnerons l’art et te rendrons immortel grâce à des statues de bronze à ton effigie. Un jour, elles feront même le tour du monde sur E-bay. Épargne nos vies et pardonne-nous d’avoir servi ces gros bourgeois avant que tu nous apportes la révolution.
UBU LÉNINE: J’accepte bien volontiers vos excuses et je vous pardonne. Les mauvais artistes, nous les garderons à Moscou, les bons artistes, nous les enverrons dans des camps de travaux forcés à travers l’Union soviétique, et les meilleurs artists iront au goulag en Sibérie. Je crois très fort en la Sibérie, en ses matières premières, en ses réserves de gaz naturel et de pétrole et en sa proximité avec la Chine. En Sibérie, on acquiert une compréhension atmosphérique de notre politique étrangère. (Montrant un artiste.) Eh, toi ! Ton nom.
ARTISTE:  El Lissitzky.
UBU LÉNINE: Fais-moi la Troisième Tribune et un Monument au Futur ! (S’adressant au reste de l’assemblée) Tous les autres accusés, à la trappe. Je dois aller collecter les impôts, maintenant.


Scène 7: Une maison de paysans dans les environs de Moscou. Plusieurs paysans sont assemblés, Ubu Lénine déboule avec son armée de grippe-sous.

PAYSAN (Entrant): Eh, vous avez entendu la nouvelle ? Le roi est mort et tous les nobles avec. Le jeune Bougrelas s’est sauvé dans les montagnes. De plus, le Père Ubu Lénine s’est emparé du pouvoir. Ils appellent ça une révolution, et le pays a été renommé « Union soviétique ». Ils prétendent que la révolution et l’Union soviétique appartiennent au peuple, à vous et moi. Mais ils continuent à prélever des impôts.
PAYSANNE : Je reviens juste de Moscou, où j’ai vu emporter les corps de plus de trois cents nobles et de cinq cents magistrats, banquiers et autres que le Père Ubu Lénine a massacrés. En réalité, on va doubler les impôts. Le Père Ubu Lénine est en train de parcourir tout le pays en vélo pour collecter les impôts en personne. Il a tué sa propre garde révolutionnaire par suspicion et paranoïa.
PAYSAN: Grand Dieu ! Qu’allons-nous devenir ? Le Père Ubu Lénine est une bête brute et son épouse, Kroupskaïa, est tout aussi repoussante.
PAYSANNE: Écoutez ! Quelqu’un tape à la porte.
UBU LÉNINE: Canne-à-poisson-d’argent de merde ! Ouvrez, de par ma merde, par Marx, Engels et Staline ! Ouvrez donc, par mon sabre à phynances et ma bite, je veux vos impôts !
(Un paysan s’avance.)
PAYSANNE : Nous avons déjà payé nos impôts dans leur totalité ! Et nous sommes également protégés par la responsabilité limitée.
UBU LÉNINE: Et puis quoi ? Bande de koulaks ! J’ai changé les règles et j’ai fait mettre dans le journal qu’on paierait deux fois tous les impôts, à l’exception de ceux dont j’aurai l’idée par la suite, qui seront payés trois fois. Payez, c’est tout ! Ainsi j’aurai vite fait fortune, perpétuelles-pillules, alors je tuerai tout le monde et je me casserai à bicyclette.
PAYSANNE : De grâce, Seigneur Ubu Lénine, prends pitié de nous. Nous ne sommes pas des koulaks, nous sommes tout juste de pauvres gens, des gens simples, et nous sommes déjà inscrits au Parti communiste. Vive la révolution !
UBU LÉNINE: Je m’en contrefous, payez, c’est tout !
PAYSANNE : Mais nous ne pouvons pas, nous avons déjà payé.
UBU LÉNINE: Payez, de par ma merde, ou je vous donnerai de la torture cubaine, la torture de la baignoire, la gégène branchée sur vos testicules, et à la fin je fourrerai vos têtes coupées dans des sacs plastiques. Bougre-Bush-d’Abou-Ghraib-de-Merde, suis-je ou pas votre meilleur camarade soviétique ?
TOUS LES PAYSANS : Oh, dans ce cas, aux armes, compagnons ! Vive le Prince Bougrelas, par la grâce de Dieu futur Tsar !
UBU LÉNINE: Ces hordes contre-révolutionnaires sont incroyables. Faites-en un exemple, camarades des Phynances : tuez-les, et empochez l’argent !

Une lutte s’engage. La maison est détruite. Nul n’en réchappe à l’exception d’un vieux paysan. Ubu Lénine reste seul sur son vélo à compter l’argent.


Scène 8: Au Kremlin. Ubu Lénin, Ubu Kroupskaïa, le directeur de la Réserve fédérale. 

UBU LÉNINE: Silence ! Je déclare cette séance ouverte. Ordre du jour : un, les comptes. Deux, ma dernière idée : comment changer la météo pour supprimer la pluie. Nous devons économiser l’énergie.
DIRECTEUR DE LA RÉSERVE FÉDÉRALE : Ubu Lénine, vous êtes génial.
UBU KROUPSKAÏA: Merveilleux !
UBU LÉNINE: Kroupskaïa, nous ne nous en sortons pas mal. Camarades, amenez les bonus, dividendes et stock-options ! Nos collecteurs de dettes Greenspan-Bernanke font de véritables miracles ! Où qu’on aille, on ne voit que des maisons saisies et des citoyens se plaignant du fardeau de nos taxes et de la ruine du système phynancier.
DIRECTEUR DE LA RÉSERVE FÉDÉRALE : Et les nouveaux impôts, Père Ubu Lénine, vont-ils bien ?
UBU KROUPSKAÏA: Ils ne riment à rien. Le peuple les déteste ! Impôt sur les deuxième et troisième mariages sans divorce, trente roubles, baiser dans un parc et comportement indécent sur la voie publique, quatre-vingt roubles. Relations homosexuelles, soixante-six roubles. Jusqu’à maintenant, seul l’adultère n’est pas sujet à impôt, à condition qu’il soit commis sous l’influence des pilules du Perpetual Motion Food, et encore faut-il pouvoir le prouver. Et par-dessus le marché, le Père Ubu Lénine poursuit les gens partout pour les forcer à participer à des réunions du Parti communiste.
UBU LÉNINE: Canne-à-poisson-d’argent, pistolet-à-bulldog-de-merde, directeur, je parle. (Entre un messager qui remet une carte postale. Ubu Lénine est soudain terrorisé.) Que veut-il, celui-là ? Lisez-la, je suis déprimé, je ne sais plus lire, mais je suis certain que c’est Bordure, ce putain de traître qui nous a quitté pour les Nimietsky.
UBU KROUPSKAÏA: Tout juste. (Lisant à haute voix) « Vous vous amusez bien ? Le Kaiser Guillaume II est le plus gentil de tous les Nimietsky. Nous lançons demain notre invasion afin de rétablir le jeune prince Bougrelas sur le trône. Et pour vous étriper. Bons baisers d’Allemagne, Bordure. »
UBU LÉNINE (paniqué) : C’en est fini de moi. Cette répugnante ordure de tête de poisson déloyale de traitre va me tuer. Camarades, dites-moi ce que je dois faire. Je suis même prêt à prier Dieu et à oublier le communisme. Oh, que dois-je faire ? Sto dielaet ? Que faut-il faire ? (Il renifle et sanglote)
UBU KROUPSKAÏA: Ubu Lénine, il n’y a qu’une chose à faire. La guerre !!!
TOUS: Hourra, en avant pour la guerre, luttons contre l’Axe du Mal ! Ouais ! Guerre au terrorisme ! Freedom Fries !
UBU LÉNINE: Quelle putain de bonne idée. Mission accomplie !
PREMIER CONSEILLER : Mobilisez l’armée.
DEUXIÈME CONSEILLER: Les lignes de ravitaillement.
TROISIÈME CONSEILLER : Les fortins, les canons, les obus, les pilules du Perpetual Motion Food !
QUATRIÈME CONSEILLER : De l’argent pour nos petits gars !
UBU LÉNINE: AH, NON, que dites-vous là ? Vous me prenez pour qui ? Moi, payer ? Nous n’avons pas de budget pour une guerre ! Par ma bite dopée-aux-pilules-du-Perpetual-Motion-Food, nous ferons cette guerre, mais sans solde !


Scène 9 : Dans la capitale. Le Prince Bougrelas, des officiers Nimietsky, des gardes, le peuple, Ubu Kroupskaïa.

PRINCE BOUGRELAS: J’ai un rêve. Et si je vous commandais, les gars, que j’annihilais les communistes et que je restaurais la royauté de mon sang ?
TOUS : Ouais, prince Bougrelas!
BOUGRELAS: Et quand nous aurons fait tout cela, nous abolirons tous les impôts imposés par le régime de la vermine rouge.
TOUS : Hourra ! Marchons sur le Kremlin ! Exterminons les communistes ! Rétablissons le Tsar !
PRINCE BOUGRELAS: Oh, regardez : Kroupskaïa et ses gardes. Là, en haut des murs du Kremlin.

Ubu Kroupskaïa sent les ennuis à plein nez.

UBU KROUPSKAÏA: Qu’est-ce que c’est ? Des foules contre-révolutionnaires ? Le retour des refoulés ? Le prince Bougrelas qui s’avance !

Les gardes du Kremlin essuient des volées de pierres et de balles.

PREMIER GARDE : Il n’y a plus de fenêtres !
DEUXIÈME GARDE (s’écroulant à terre): Ils m’ont eu.
TROISIÈME GARDE (s’écroulant aussi) : Je suis mort.
PRINCE BOUGRELAS (encourageant ses hommes): Continuez à jeter et à tirer, les mecs ! (S’adressant à Ubu Kroupskaïa)Espèce de truie communiste. Revoici les gens de la haute, ô toi, l’objet de tous les mépris ! (À ses hommes) Ne laissez pas s’échapper cette connasse-enculée-au-gode !

Ubu Kroupskaïa s’enfuit, avec tous les Nimietsky à ses trousses. Coups de feu et jets de pierre. Explosions.

OFFICIER NIMIETSKY: Nous allons affamer cette grosse commu-truie russe pendant de longs mois, ainsi que les villes de Moscou, Leningrad et Stalingrad. Continuons à bombarder ce gorod de merde avec nos orgues de Staline.
PRINCE BOUGRELAS : Nous vaincrons et nous nous mettrons les Polonais dans la poche sur le chemin du retour !


Scène 10 : Sur le champ de bataille. Ubu Lénine, l’officier de la Tchéka Félix Dzerjinski, le général Custer, des soldats, et d’autres, y compris une Femme Fantôme.

UBU LÉNINE: C’est fourtrement merveilleux. La révolution dévore ses propres enfants. Et il n’y a pas même assez d’argent pour réparer nos vélos. Je vous avais dit d’arrêter de dépenser. Avec nos pneus crevés, il ne nous reste plus qu’à marcher. J’ai déposé la plupart de l’argent sur des comptes off-shore. Mais attendez un peu notre retour au Kremlin. Poutine a des réserves de liquide orthodoxe planquées sous la cathédrale Saint-Basile. Mais il y a pire encore pour le moral de nos soldats : nous sommes à court non seulement de nourriture et de carburant, mais aussi de pilules du Perpetual Motion Food.
OFFICIER DE LA TCHÉKA FÉLIX DZERJINSKI : Au moins comme ça, ils s’enculeront moins.
UBU LÉNINE (rêveur): Bientôt, nous aurons à notre disposition l’arme magique, l’ouvre-boîte-à-vers-guerre-au-terrorisme-Bush du Moyen-Orient. Nous inventerons un char à voile qui nous portera partout où nous le désirerons. Des drones furtifs sans pilote qui seront nos yeux dans les cieux. Et nous utiliserons le gaz moutarde Nimietsky de Fritz Haber, les zyklons A et B, les armes de destruction massive iraquiennes, afin de déstabiliser l’ennemi, afin de détruire ses mensonges, et de soutirer des aveux grâce à des redditions extraordinaires.
OFFICIER DE LA TCHÉKA FÉLIX DZERJINSKI : Certainement ! J’obligerai nos petits gars à croire tout ça ! Nous autres à la Tchéka, nous exécutons plus de 300 personnes par jour qui ne croient pas en votre révolution, Père Ubu Lénine ! Au fait, à titre indicatif, le gaz FritzHaberDADALÉNINE n’est plus entre nos mains : les Nimietsky l’utilisent contre nous. C’est pour cette raison que la majorité de nos soldats sont morts, et que le reste a perdu la tête, même si nous sommes à court de rations de Perpetual Motion Food.
UBU LÉNINE: Tu sais, tu as des nuages à la place de la cervelle. Il est temps de nous mettre en ordre de bataille. Nous resterons ici, et je me tiendrai au milieu de vous, afin que vous puissiez me protéger au mieux. Remplissez vos fusils de balles, huit balles équivaudront à huit morts Nimietsky, hamburgers ou autres choucrouteurs, patateurs et saucisseurs. Nous vaincrons, aucun doute, et nous allons broyer tous nos ennemis en flocons sibériens ou en bouillie du canal biélorusse… Mais pour l’heure, j’ai faim.
GENERAL CUSTER: Camarade Ubu Lénine, nous ne devrions pas laisser nos hommes se reposer maintenant, rompre les rangs et pisser. L’ennemi peut attaquer d’un instant à l’autre.
UBU LÉNINE: Ils n’attaqueront pas avant midi ! Pissez, soldats, pissez, mangez et buvez ce qu’il reste.
SOLDATS : Pissons, pissons, pissons. Bière, bière, bière. Pissons, pissons, pissons.
UBU LÉNINE: J’adore ça, je vous aime tous. (Chantant) Taxes, taxes, guerre, guerre, victoire, victoire.

Un boulet de canon Nimietsky s’abat sur une partie du camp militaire, infligeant de lourds dégâts.

MAJOR : Les Nimietsky attaquent !
UBU LÉNINE (hystérique) : Ne me regardez pas comme ça. Ce n’est pas ma faute ! Officiers de phynances, préparons-nous au combat.

D’autres boulets s’abattent, causant de plus lourds dégâts encore.

UBU LÉNINE (effrayé) : Je me casse. Il pleut du plomb et du fer. Ce qui reste de mes phynances pourrait se faire sérieusement amocher.

Tous se précipitent au bas de la colline. La bataille s’est engagée. Ils disparaissent dans les nuages de fumée au pied de la colline.

GENERAL CUSTER: Ouille, ça fait vraiment mal.
UBU LÉNINE: Fais tes prières, foutre de tête de porc de Bush de chrétien méthodiste born again !
(Une détonation)
NIMIETSKY : Oh, quel coup ! J’ai touché ce sale ruskoff communiste de baiseur de godes en marbre d’Ubu Lénine au cul !
UBU LÉNINE (hystérique) : Je suis touché, je suis touché. Je me répands, je suis enterré. (Il s’arrange cependant pour prendre la fuite, regarde autour de lui, presque abandonné, et gravement blessé) … sans déconner… où sont nos soldats ?!
GENERAL CUSTER (lui aussi grièvement blessé): Ils sont partis ! La majeure partie s’est enfuie avant le début de la bataille, parce qu’ils n’avaient pas été payés. Ils sont partis ! Et nous avons à présent contre nous tant de soldats Nimietsky, mieux payés, et conduits par cette ordure de tacticien d’Al-Qaida de merde de Bordure. Nous avons perdu !

Il s’effondre et meurt. Ubu Lénin s’enfuit sur son vélo, sous une pluie de mortier. Mais soudain, une Femme Fantôme l’arrête en le menaçant d’un revolver.

UBU LÉNINE: NON… NON, ne tirez pas, ne tirez pas… je vous donnerai de l’or ! Mais qui es-tu ? Ton visage m’est familier. Est-ce que nous avons baisé à Paris ou Genève alors que Mère Ubu Kroupskaïa n’était pas en notre compagnie ?
FEMME FANTÔME : Je suis la conscience de la révolution. Toi et tes génocidaires, vous avez sérieusement merdé ! Je suis ici pour t’apporter un message de Karl Marx…

Ubu Lénine pousse un cri d’horreur et tombe de son vélo, dont l’un des pneus est à présent crevé. Il est en pleine attaque… et prononce ses derniers mots.

UBU LÉNINE: Ne voyez rien, ne dites rien, n’écrivez rien. Oubliez tout. (Balbutiant, dans un dernier soupir) Kroupskaïa, je te hais… mais la bite de Tristan Tzara me manque !

Il meurt.